Pythium et cannabis

Les variétés de marihuana partagent beaucoup de maladies et d’invasions de nuisibles qui affectent également d’autres types d’espèces végétales. Elles peuvent varier selon les conditions de culture et la région où elles vont
être cultivées.

Champignons sur une plante de cannabis Champignons sur une plante de cannabis

La production agricole massive et son agro-technologie ont été la cause de la prolifération des nombreux agents pathogènes et des différents parasites qui attaquent les champs horticoles de toute la planète. L’usage de pesticides et de fongicides ont transformé les méthodes et techniques pour réaliser des cultures en agriculture conventionnelle. Connaitre les différentes épidémies et maladies qui envahissent les cultures de cannabis vous apportera une connaissance supplémentaire qui vous aidera à identifier n’importe quelle attaque et vous permettra de la combattre efficacement.

Nous le connaissons comme Pythium, mais en réalité il s’agit d’un groupe de champignons radiculaires.

Ils appartiennent à une famille appelé Mastigomycotina Oomycetes, son nom scientifique est, Peronosporales Pythiaceae Pythium spp. Les espèces les plus communes sont; Pythium aphanidermatum., Pythium ultimum., et Pythium debaryanum. Ce champignon peut proliférer avec une extrême facilité en pépinière, culture de cannabis en intérieur ou sous serre. Affectant différentes zones, ce champignon peut être la cause de la perte totale de la production de la culture. Nous pouvons trouver deux attaques bien distinctes.

Attaque pré-émergente : Cela se produit durant le processus de germination avant que la graine n’ait germée. Durant ce processus le champignon profite de l’hydratation de la graine pour s’introduire à l’intérieur de cette dernière et l’infecter. Cela diminue le taux de germination, arrivant même à empêcher la germination totale des graines utilisées. L’attaque dépend des conditions environnementales lesquelles peuvent être très variées.

Attaque post-émergente: Cette attaque se produit sur le tronc de la plante ou l’on peut observer un rétrécissement au niveau du cou en contact avec le substrat. La prolifération du mycélium sur ces zones des cellules se fait en s’alimentant de ses contenus.

Le Pythium peut se développer en serre, sur des greffes, restes végétaux, dans l’eau d’arrosage et dans les substrats de culture. Les insectes d’effet de serre, comme les moustiques ou les mouches de terre, peuvent également transmettre le Pythium.

Développement du Phytium Développement du Phytium

La méthode de propagation se réalise à travers la formation de sporanges, une structure en forme de capsule. Les centaines de sacs libèrent les zoospores qui arrivent directement à la racine où ils s’accrochent, germent et colonisent le tissu de la racine à travers la production de fines structures similaires à des fils appelés communément mycélium. Pythium forme des spores et des chlamydospores dans les racines des plantes en décomposition où elles peuvent survivre longtemps, des années même, en sol avec des conditions défavorables, dans le substrat de culture et dans l’eau, donnant lieux à des infections postérieures.

Cette maladie cause la décomposition de la couronne et de la racine. Quand la température du lieu de culture augmente et que les jours deviennent chauds ce champignon peut commencer son activité. Les feuilles supérieures se fanent durant le jour et au départ elles peuvent se récupérer la nuit, mais avec le temps la plante meurt. Les symptômes initiaux dans le système radiculaire développent des lésions aux pointes des racines et commencent à proliférer sur tout le système incapacitant l’absorption de nutriments. On peut également voir ses symptômes dans les tissus, dans la couronne de la base du tronc. Elle peut s’étendre jusqu’à 10 centimètre au-dessus de la base du tronc de la plante.

La gestion intégrée de la maladie passe par l’utilisation d’une série d’instruments de culture, biologiques et chimiques pour contrôler et administrer de façon efficace les différentes maladies qui arrivent pendant la culture de marihuana en intérieur et extérieur.

Contrôles de la zone de culture: La solution pour éliminer et pouvoir contrôler efficacement ces attaques passe par le nettoyage exhaustif de toute la zone de culture en maintenant une hygiène irréprochable. Les ustensiles utilisés doivent être complétement stérilisés. Il ne doit pas y avoir de reste de matière végétale. Il ne doit pas y avoir d’inondation, le champignon possède une grande facilité pour proliférer dans celle-ci. Il est important de maintenir le substrat propre et aéré, libre de nuisibles et de champignons, s’il est réutilisé et qu’il n’est pas conservé comme il se doit il peut y avoir ce genre de problème.

L’eau d’arrosage: Le lieu de stockage et les bouteilles de nutriments doivent être désinfectés périodiquement pour prévenir l’apparition de Pythium.

Variétés résistantes: Il existe des variétés de cannabis résistants aux champignons qui acquièrent une certaine tolérance aux attaques de ce pathogène. Ces variétés sont généralement plus vigoureuses que les autres et peuvent arriver au terme de la culture donnant des têtes de qualité.

Marihuana Bangi Haze Marihuana Bangi Haze

Solution nutritive: Les substrats de culture inerte comme, la laine de roche, la fibre de coco, les billes d’argile s’utilisent pour la germination, dans les premières transplantations après la germination et dans les cultures  de marijuana hydroponiques. La solution nutritive passe à travers le substrat de culture. Cette solution peut contenir le Pythium, ou d’autre pathogènes qui affectent également les espèces végétales. La désinfection de la solution nutritive pourra se réaliser grâce à des méthodes biologiques, physiques ou chimiques.

Transplantation et plantule: Il est préférable d’éviter le stress dû aux températures élevées diurnes durant une transplantation. Il faut toujours choisir des plantes saines pour la transplantation en évitant celles qui montrent des signes de faiblesse. S’assurer également de ne pas blesser les racines au moment de la transplantation. Une bonne circulation d’air, une distance adéquate entre les plantes, l’oxygénation de la solution nutritive, une hygiène parfaite, éviter les arrosages de nuit et ne pas laisser se déshydrater les plantes sont des mesures pour un contrôle et une prévention de ce pathogène.

Climatologie de la culture: Il est important que la température radiculaire et l’humidité du substrat de culture ne soit pas trop élevée. Le substrat de culture doit drainer correctement. Il n’y aura pas d’accumulation d’eau stagnante, ce fatidique champignon peut s’étendre facilement.

Vigilance du parasite: les plantes doivent être révisées durant tout le cycle de culture pour pouvoir détecter les signes de maladie par Pythium. Il ne peut exister aucun reste de plante infectée. Tout le matériel et les ustensiles infectés doivent être éliminés et détruits.

Contrôle des nuisibles porteurs de la maladie: Il existe différents insectes qui peuvent transporter avec eux cette maladie. Bradysia impatiens, connu comme moustique de champignon et Scatella stagnalis, son nom vulgaire étant mouche de terre.

Contrôle biologique: On utilise différentes bactéries pour le contrôle et la prévention du Pythium. Enterobacter cloacae et Psedomonas spp, et des champignons radiculaires comme Trichoderma hamatum et Trichoderma harzianum, démontrent une grande efficacité dans la prévention de la maladie.

Contrôle chimique: Il existe différents fongicides qui aident à éliminer et prévenir l’infection de ce champignon, comme par exemple les:

CarbamateDithiocarbamatePhenilaminePhosphonate

Bien entendu il faudra respecter toutes les précautions d’usage (gants, masque, etc..) lors de l’utilisation de ce type de fongicide chimique. Il ne faudra pas traiter de plantes en floraison, sinon des traces de produit pourront se retrouver dans la récolte.

Branche de cannabis attaquée par le Phytium Branche de cannabis attaquée par le Phytium

L’application d’un traitement préventif sera utile dans une culture ayant déjà connu des attaques du terrible parasite, sinon, le champignon pourrait persister avec une grande facilité. Il est opportun d’alterner les fongicides étant donné la résistance qu’acquièrent ces pathogène. L’utilisation conjointe de produits systémiques et de contact peuvent retarder cette résistance.

Il faudra noter les époques de risque majeur pour pouvoir appliquer les différents fongicides, aussi bien systémique que de contact. Le risque de contracter la maladie augmente drastiquement quand les températures surpassent les 30 degrés et l’humidité relative 90%. La maladie peut commencer à se propager en seulement 14 heures lorsque la température et l’hygrométrie sont élevées.

Finalement, la maladie contractée par la plante à travers ce fatidique champignon peut causer la mort avec une grande facilité, de plus, les différentes souches de Pythium peuvent être très résistantes, persistant durant une longue période dans n’importe quelle zone non hygiénique de la culture. Les attaques affectent principalement les cultures hydroponiques, serres, pépinières et cultures à grande échelles. Dans les cultures en intérieur en terre il ne doit normalement pas se produire ce genre de maladie, mais avec les échanges de génétique il est hélas courant que le jardin soit contaminé. Si vous devez échanger des variétés sélectionnées, il est donc conseillé d’utiliser une des méthodes de prévention, sinon vous risquez de subir cette désastreuse attaque.

source

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s