Vous avez encore une (ultime) chance d’aller au Burning Man

image ganja canabis

Vous avez encore une (ultime) chance d’aller au Burning Man

lesinrocks.com

Un monde sans drogues n’existe pas

14/06/2012
RTR2QT111

Pour pallier les défaillances du nouveau système de tirage au sort et l’engouement croissant pour ce festival hippie 2.0, l’organisation va mettre 10 000 places supplémentaires en vente.

« Décrire le Burning Man à quelqu’un qui n’y a jamais été, c’est un peu comme de tenter de décrire les couleurs à un aveugle », résumait il y a quelques années l’un des adeptes de ce festival hippie 2.0 qui se déroule chaque année à la fin du mois d’août à Black Rock, dans le désert du Névada. Une ville éphémère de 50 000 âmes bercée par la techno, propulsée par les drogues et l’amour libre où communient pendant une semaine bikers, teufeurs, cadres de la Silicon Valley et artistes de tous poils.

Un seul mot d’ordre: Do it yourself. Ici il n’y a pas de spectateurs, tout le monde est acteur. Les participants doivent vivre en complète autarcie: on y vend que de la glace et du café, le reste (eau, bouffe, alcool, drogues…) doit être amené de l’extérieur. Ce qui complique singulièrement les choses lorsque l’on sait que la température y dépasse fréquemment les 40°C le jour et frise le zéro la nuit tandis que les tempêtes de sable y sont légion.

Idem côté spectacle: chaque Burner est responsable d’apporter sa contribution à l’animation de la Playa, cette immense étendue de sable sur laquelle se retrouvent les teufeurs chaque nuit. Déguisements et créativité artistique de rigueur! L’organisation, Black Rock City LLC, ne fait qu’encourager les initiatives individuelles mais ne prend rien en charge directement. Point d’orgue de cette bacchanale post-moderne: la mise à feu d’un homme de bois géant (d’où le nom, “Burning Man”) censé représenter celui que chacun de nous a cessé d’être.

La formule fait mouche. Depuis sa première édition sur une plage de San Francisco en 1986, le Burning Man est devenu ZE place to be, attirant les apprentis hippies du monde entier… jusqu’à saturation. En 2011, pour la première année, l’événement était sold out avant même l’ouverture des portes.

Pour l’édition 2012, les organisateurs se sont ainsi retrouvés face à un casse-tête : comment répartir le plus équitablement les 50 000 tickets du Burning Man, sans faire exploser les prix. Depuis des années, le contrat qui lie le Burning Man aux autorités du Nevada limite en effet les participants à 50 000, pour des raisons de respect environnemental. Et ce bien que les consignes en la matière soient très strictes pour les participants. Un contexte de rareté propice à l’explosion du marché noir.

Un complexe système de tirage au sort a donc été mis en place pour l’attribution des billets en janvier 2012. Et s’est révélé être un véritable fiasco, dissuadant même certains piliers de l’événement de faire le déplacement. Pour beaucoup d’anciens Burners, la pression du nombre a signé l’arrêt de mort du Burning Man et le système de loterie “contraire à l’esprit” a enfoncé le clou. Le 9 février, l’organisation s’en excusait officiellement sur son blog dans un long mea culpa typiquement américain:

“Pour toute la frustration, l’anxiété, le stress et les coeurs brisés que le système de loterie a causé, veuillez accepter nos plus humbles excuses. […] La situation actuelle n’est pas acceptable. Même les gens qui ont eu des tickets ne sont pas satisfaits puisque beaucoup de leurs amis n’en ont pas eus. Des groupes entiers s’inquiètent d’avoir à abandonner leurs plans…”

Problème principal: des piliers du Burning Man, organisateurs des soirées ou des clubs les plus réputés (comme le Distrikt – voir ci-dessous- ou le Pink Mammouth) risquaient de se retrouver à la porte, tandis que le nombre de “vierges” (ceux qui n’ont jamais participé au Burning Man et ont donc tendance à n’être que spectateurs) menaçait de dépasser celui des habitués.

Face à l’ampleur des protestations, une première mesure d’urgence était prise mi-février: la dernière loterie était annulée afin de distribuer les dernières places disponibles aux organisateurs d’événements “officiels”. Insuffisant pour remotiver des Burners en deuil.

La nouvelle est donc tombée mardi: les organisateurs ont obtenu l’autorisation exceptionnelle des autorités du Nevada pour accueillir 10 000 participants supplémentaires, en échange d’engagements pour la protection de l’environnement. Au total, les Burners seront donc 60 900 cette année. Mieux, la population de Black Rock pourra graduellement atteindre les 70 000 âmes d’ici 2016 afin de faire face à la demande toujours croissante.

Reste à savoir comment ces tickets supplémentaires seront mis en vente. Si vous voulez être tenus au courant, inscrivez-vous à la newsletter du Burning Man. Et surtout n’oubliez pas l’essentiel: au Burning Man il n’y a pas de spectateurs, que des acteurs.

contenu original cannabis cleaner

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s