La “drogue qui rend cannibale” était… du cannabis

image ganja canabis

La “drogue qui rend cannibale” était… du cannabis

lesinrocks.com

Un monde sans drogues n’existe pas

28/06/2012
Miami_cannibale_604

Reprenons donc depuis le début. Samedi 26 mai, la police de Miami abat en pleine rue un homme nu qui est en train de dévorer le visage d’un SDF. Le geste paraît tellement inexplicable que la seule piste envisageable semble être une (énième) nouvelle drogue encore plus dangereuse que les nouvelles drogues d’avant (dans le désordre crack, meth, krokodile, oxi…).

Très vite, et sans aucune preuve allant dans ce sens, la police de Miami confie à la presse que le cannibale a probablement ingéré des “sels de bain”. Ce nom commercial rassemble différentes substances qui ont généralement en commun d’être des dérivés synthétiques de cathinone, l’un des principes psychoactifs du khat. Outre l’éphédrone ou le MPDV, la plus connue de ces molécules est la méphédrone, une drogue aux effets assez similaire à la cocaïne ou à la MDMA et qui connût un certain succès en Europe en 2009 et 2010 suite à une pénurie d’ecstasy.

A lire aussi: Mais quelle est donc cette drogue qui rend cannibale?

Ce qui n’est qu’une rumeur devient vite une info et fait le tour du monde. Et ce alors que les résultats de l’autopsie ne sont pas encore connus. “Comment une drogue a rendu cet homme cannibale”, titre le site web du Parisien. Avant de parler une semaine plus tard de “drogue à effet cannibale”. “Sels de bain, la drogue qui rend cannibale” affirme cet autre site. Le Point titre lui sur “Cette drogue qui pourrait pousser au… cannibalisme !”…

Et comme une bonne loi médiatique vaut mieux que des preuves scientifiques, le Congrès des Etats-Unis a adopté ce mardi une loi interdisant 28 produits chimiques entrant fréquemment dans la composition de ces fameux sels de bain. Une sorte de principe de précaution directement lié au fait-divers de Miami.

Sous un billet de blog publié ici-même trois jours après l’attaque du zombie et où je raillais quelque peu cette hystérie collective (sous le titre “Mais quelle est donc cette nouvelle drogue qui rend cannibale?“), des commentaires acerbes critiquaient mon impudence à ne pas reconnaître l’évidence de la dangerosité de ces drogues…

Las, les résultats de l’autopsie sont arrivés. Et point de sels de bain. Le cannibale n’avait fait que fumer de l’herbe… Et comme l’expert médico-légal a dû lui-même le reconnaître, difficile d’attribuer une telle violence à un joint. Reste qu’il y a fort à parier que ni la police, ni les experts, ni les journalistes ne reviendront en arrière sur les sels de bain qui resteront probablement longtemps la “drogue qui rend cannibale”.

Arnaud Aubron

contenu original cannabis cleaner

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s